Pour une Europe utile aux Français

Pour une Europe utile aux Français
Elections européennes du dimanche 25 mai 2014
Le dimanche 25 mai 2014 s’offre à vous une opportunité nouvelle :
proposer enfin une Europe utile à vous, citoyennes et citoyens français !Dans une démarche plus citoyenne que politique, je vous propose d’œuvrer au sein de notre liste sans étiquette de la circonscription Sud-Est : « Pour une Europe utile aux Français ».
Notre action se veut volontariste et pleine d’espoir face à la question européenne.

L’Allemagne a su utiliser toutes les ressources de l’Union Européenne pour se hisser au rang de première puissance économique européenne. Nous Français, serions-nous moins capables que les Allemands d’en tirer tous les meilleurs fruits ? Je ne le crois pas !
« Les Français sont bons, mais ils ne le savent pas » disait le général de Gaulle. Alors il est temps aujourd’hui que chacune et chacun d’entre vous propose ce qu’il attend de l’Europe dans son univers personnel, professionnel ou citoyen !

Notre liste propose déjà deux axes forts d’initiatives européennes :

1/ la création d’un Pôle Emploi européen.
Ce serait une opportunité supplémentaire pour tous les Français soucieux d’améliorer leur condition de vie ou professionnelle. Rien que cette année, l’agence pour l’emploi allemande a ouvert une prospection européenne de 33 000 emplois dans le domaine de la santé et de l’ingénierie, car elle ne parvient pas à les pourvoir sur son territoire.
Allons donc tous ensemble dans ce sens pour multiplier nos chances de faire reculer le chômage –notamment celui de nos enfants- et dynamiser notre croissance !

2/ la création d’un pôle européen de la logistique.
En mettant nos moyens en commun –transport, capacités de stockage et d’emballage…– nous diminuerons le coût de l’exportation pour nos PME (Petites et Moyennes Entreprises) et nous les rendrons plus compétitives non seulement au niveau européen mais aussi et surtout au niveau mondial. L’exportation et le développement ne doivent plus être un frein mais bien une chance que l’Europe doit nous offrir !

A vous maintenant de nous rejoindre pour compléter notre liste !

Nous devons être 26 –13 femmes et 13 hommes–, de tout horizon social et de toute génération. Le lien intergénérationnel et le rassemblement le plus large seront les deux conditions sur lesquelles je ne transigerai pas.

Venez participer à cette action citoyenne volontariste, venez proposer vos idées dans les domaines qui vous tiennent à cœur –l’éducation, la santé, l’entreprenariat…–, afin que l’Europe soit un plus pour nous Français !

Engagez-vous à nos côtés pour une Europe utile aux français !

Aurélien Michel
Publicités

6 réflexions sur “Pour une Europe utile aux Français

  1. http://europe-liberte-securite-justice.org/2012/10/01/linitiative-citoyenne-europeenne-un-instrument-utile-a-perfectionner/

    Un exemple qui montre qu’il faut faire les choses dans l’ordre:
    1/faire sentir aux français que l’Europe peut etre utile à leur vie de tous les jours
    2/ leur donner ensuite la possibilité d’avoir une action citoyenne au niveau européen
    ET NON PAS L’INVERSE!
    personne ne va s’engager pour quelquechose qui lui est totalement etranger et donc pour lequel il n’a absolument aucun intérêt! Qui plus est avec des personnes de pays etrangers, et en étant au moins 1 million.

    Qui voudrait se marier et s’engager avec moi sans me connaître?

    C’est donc juste de la poudre aux yeux, ou pire un manque de réflexion.

    En faisant les choses dans l’ordre, cette idée me semble potentiellement promoteuse et positive.
    Alors agissons!

  2. http://europe-liberte-securite-justice.org/2012/10/01/linitiative-citoyenne-europeenne-un-instrument-utile-a-perfectionner/

    Un exemple qui montre qu’il faut faire les choses dans l’ordre:
    1/faire sentir aux français que l’Europe peut etre utile à leur vie de tous les jours
    2/ leur donner ensuite la possibilité d’avoir une action citoyenne au niveau européen
    ET NON PAS L’INVERSE!
    personne ne va s’engager pour quelquechose qui lui est totalement etranger et donc pour lequel il n’a absolument aucun intérêt! Qui plus est avec des personnes de pays etrangers, et en étant au moins 1 million.

    Qui voudrait se marier et s’engager avec moi sans me connaître?

    C’est donc juste de la poudre aux yeux, ou pire un manque de réflexion.

    En faisant les choses dans l’ordre, cette idée me semble potentiellement promoteuse et positive.
    Alors agissons!

  3. Salut,

    @ Aurelien : Moi qui pensait déjà devoir choisir entre la vie de militaire et un mandat européen, il a fallu que tu brise mon rêve…:-)

    @ tout le monde : Je trouve que l’idée de réserver l’assurance chômage à ceux qui honorent un poste national est intéressante. Mais appliquée de façon grossière, elle risque de freiner le développement de la construction européenne. La difficulté dans cette démarche est de ne pas inciter les autres pays à des comportements trop protectionnistes en réponse. D’autre part, il ne faut pas non plus que les citoyens français aient l’impression de ne pas se sentir soutenus alors qu’ils font la démarche active de promouvoir la construction européenne. Plutôt que pas de lien entre assurance chômage et offre d’emploi non nationale, je dirais plutôt un système de pondération et de bonifications dépendant de:
    – l’énergie mise à rechercher un emploi national avant une offre non française.
    – l’intérêt et les retombées de cette offre pour la France ou pour l’Europe de façon globale…

    En résumé, plus le travailleur privilégie la préférence nationale et plus il est favorisé et indemnisé en cas de perte d’emploi..

    Idéologiquement votre,

    Moussa

    • Salut mouss!

      Ton idee de valoriser au niveau de l assurance chomage ceux qui encouragent la construction européenne et surtout ceux qui prennent le risque d aller au delà de la france pour honorer une offre d emploi et s extirper du chomage est interessante.

      Ma formule « pas de lien assurance chomage et offre d emploi non national » ne signifie pas que l emploi honoré dans un pays de l’UE n’est pas comptabilisé dans le calcul de l’assurance chômage, loin de là au contraire! Cela signifie juste que le Pole Emploi français ne pourra pas objecter le refus d une offre d emploi européenne pour stopper temporairement le versement des indemnités chomage (pendant 4 mois au bout de 2 refus, mais certains d entre nous pourraient davantage nous éclairer sur ces points).

      En résumé, du positif et pas de contrainte nationale (sur laquelle je ne porterai pas de jugement de valeurs car ce n est pas le sujet de notre election) appliquée a l echelle européenne. Certains patrons mal inspirés voulaient à une epoque faire du chantage a leurs employés lorsqu’ils cherchaient a les reclasser a l issue de licenciements nationaux: soit vous acceptez le même poste dans notre filiale en Roumanie, soit cela sera considéré comme un refus comptabilisé dans le calcul de votre assurance chômage. Cela scandalisa toute la classe politique (je crois me souvenir qu il s’agissait d’une entreprise automobile dont l identité ne nous apporterait rien de plus…).

      Valorisons plutôt ceux qui, alors qu ils sont en recherche d emploi, acceptent les opportunités européennes et non pas le contraire car naturellement, et cela est compréhensible, la majorité des français vont chercher un emploi national. Pour ces « opportunistes » de l Europe, pourquoi ne pas bonifier leur assurance chomage d une maniere qui sera a déterminer au niveau européen si certains pays veulent s associer a la france (une assurance chômage européenne plus interessante que n importe quelle assurance chômage nationale), ou simplement au niveau national. Financièrement et humainement cela ne peut qu etre que positif, car le signal est positif: prenez une opportunité d emploi et l Etat en sera reconnaissant = retour vers l emploi pour la personne, moins de depense pour l Etat et certes une assurance chomage plus souple ou plus élevée (c est a determiner) mais son utilité reste hypothetique pour le futur (le retour vers l emploi peut etre definitif).

      2 points a marteler et qui sont chers a Sophie et Marie Varela, et je pense qui sont chers a beaucoup de français:

      1/inciter a accepter une offre d emploi a l etranger = fuite des cerveaux. Je dis « non » pour 2 raisons:
      tout d abord cette fuite des cerveaux existe deja (c est une liberté humaine), ensuite un pole emploi européen ne l accelerera pas car ces fameux cerveaux ne sont pas , en tres grande majorité, des « clients » des poles emplois.

      2/ proposer des emplois nationaux a des européens = des emplois perdus pour les francais (ou pour les allemands si on se place de leur point de vue, ou pour les hongrois si on se place de leur point de vue…). Je redis « non » pour 2 raisons:
      tout d abord, faisons en sorte a partir d un accord européen ou a minima national qu une offre d emploi national ne bascule au niveau européen qu a l issue d un delai de « preservation nationale » (qui est ce que nous connaissons aujourd’hui pour la tres grande majorité des emplois), c est a dire l emploi reste au niveau du pole emploi national pendant un nombre de semaines a déterminer avant de passer au pole emploi européen. Enfin, n oublions pas de nous placer aussi du côté de la personne francaise qui offre l emploi, qui a besoin d embaucher et qui attend une reponse rapide pour se developper, et a terme proposer encore plus d emplois.

      Voila. Ne pas focaliser sur les details techniques car pour cela certains sont tres forts. Nous, nous devons penser a l essentiel: la dynamique politique car sans dynamique, les outils techniques sont vains, les accords au niveau européens sont bloqué et donc tout ce qui est mis en place comme aujourd hui (cf mon lien sur l outil de recherche d emplois européens) n est connu que par des chanceux ou des privilégiés: c’est alors l image d une europe de technocrates faites pour des privilégiés.

      Une autre voie est possible, toujours avec l Europe: c est la notre! Celle qui n est pas idealiste (l europe politique), celle qui n est pas suicidaire (sortir de l Europe) mais celle qui est utile (l’Europe de l opportunité et de la mesure).

      Aurélien

  4. Salut à tous,
    La création d’un Pôle Emploi européen :
    Cette idée est effectivement très intéressante sur le papier. Elle permet la mutualisation des moyens, la centralisation des offres auprès d’un organisme unique ce qui implique :
    Pour les Etats : des couts moindres dans la gestion de leurs chômeurs, un retour potentiellement plus rapide à l’emploi pour les salariés donc moins d’indemnisations versées.

    Pour les Entreprises : Des emplois vacants plus vite pourvus et donc la possibilité de répondre plus vite à un cahier des charges. (À ramener aux 300 000 emplois non pourvus en France chaque année)

    Pour les salariés : Cela montre que l’Europe agit et qu’en cas de coup dur ils pourront bénéficier potentiellement de solutions de reclassement globales et puissantes.

    Cependant je vois plusieurs points de blocages :

    Pour que cette mesure soit efficace, il faudrait qu’il y ait une unité au niveau des systèmes d’indemnisations pour éviter que des personnes au chômage dans des pays plus généreux que d’autres ne participent pas à ces nouveaux flux de mains d’œuvre.

    Ce qui m’interpelle aussi c’est la portée de la mesure. Je prends un cas classique d’un couple qui peut connaitre le chômage et où une seule personne travaille.
    Prenez une personne A vivant à Pau, ne parlant que le français, au chômage depuis peu dans un secteur qui n’embauche plus en France. Son conjoint B a un emploi stable et ils ont des enfants.
    L’Autriche a besoin de ses compétences. Qui imagine un seul instant que cette personne va accepter cet emploi dans un pays où on ne parle qu’allemand, son mari ayant un emploi (ce qui inverserait le problème dans un autre pays et donc qui n’améliore pas la situation globale) et ses enfants étant alors « déracinés) ?
    Les pays agissent il est vrai chacun dans leur coté.
    La France recrute par exemple beaucoup de médecins en Roumanie pour combler les déserts médicaux et beaucoup de nord-africains pour les emplois dans le bâtiment notamment, l’Allemagne beaucoup de turcs pour des emplois peu qualifiés dans l’industrie. Mais à chaque fois on constate tout de même une proximité historique culturelle.

    Quid du financement ? Le budget « fédéral » le financerait ou alors ce serait encore chaque état indépendamment qui le ferait ?

    Mais au moins cette idée a le mérite d’aller dans le sens d’une plus grande coopération, non plus sur des sujets technocratiques mais sur le quotidien des gens.

    La création d’un pôle européen de la logistique :

    J’avoue que j’ai pas bien compris cette mesure..Donc si quelqu’un pouvait me l’expliciter 

    Voici maintenant une proposition concrète qui ne me parait pas si technique que ça et qui selon moi apporterait des solutions globales aux problèmes que connaissent beaucoup d’entreprises en Europe :

    Une harmonisation à l’échelle européenne du taux d’imposition sur les sociétés :

    Le dumping fiscal à l’intérieur de l’Europe devient de plus en plus intenable. Alcatel et Airbus, ont installé aux Pays-Bas leur holding. Amazon et Facebook sont déjà installés en Irlande ou au Luxembourg où le taux d’imposition est de quasi 2 fois inférieur à la moyenne européenne. Les bénéfices réalisés ainsi dans chaque état membre sont rapatriés dans la holding et ces entreprises ne payent aucun impôt dans les pays où elles emploient pourtant des centaines de gens.
    La libre circulation des capitaux, des produits et des services est une règle de base du marché unique européen. Les grandes entreprises, les capitaux financiers, les personnes ayant les meilleures qualifications peuvent ainsi choisir beaucoup plus librement leurs lieux d’implantation, de résidence et d’imposition. Cela pousse les États à mettre en œuvre des fiscalités avantageuses pour attirer ces acteurs économiques sur leurs territoires. Dans cette course au moins-disant fiscal, les petits États sont avantagés : ils peuvent espérer accroitre leurs rentrées fiscales en diminuant leurs taux d’imposition. En revanche, les grands États sont poussés à reporter l’imposition sur les acteurs économiques et les facteurs de production les moins mobiles (taxation de la consommation et des revenus du travail) et à diminuer les dépenses publiques et la protection sociale.

    Je propose donc un taux d’imposition sur les sociétés unique, égal à la moyenne des taux des états membres. L’Europe est le premier marché économique au monde et il est évident que les entreprises européennes ou internationales s’adonnant à ces pratiques d’optimisation fiscale (légale par ailleurs) ne s’en iraient pas de l’Europe pour autant.
    En plus d’éviter le dumping fiscal au sein de l’Europe, il permettrait de rétablir une certaine équité avec des PMEs qui elles n’ont pas les moyens techniques pour faire la même chose.

    L’idée sous-jacente étant l’harmonisation fiscale (TVA, impôt sur les personnes physiques) à moyen terme.
    Pour moi soit on adhère à l’idée d’une Europe fédérale avec tout ce que ca implique au niveau de la perte de prérogatives régaliennes, soit on reste dans une zone de libre échange inaboutie qui favorise la concurrence entre les états et qui tire l’ensemble vers le bas.

    J’attends vos commentaires/critiques
    A+
    Mathieu

  5. Pingback: Européennes 2014 / Des listes surprenantes... | Délit d'im@ges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s